Quelles actions mène l'Armee du Salut face au Covid 19?

Quelles actions mène l’Armee du Salut face au Covid 19?

Depuis plusieurs mois, le monde entier, dont la France dans des proportions plutôt élevée, a été frappé par le coronavirus Covid-19. L’Armée du Salut met actuellement tout en œuvre pour faire face à cette crise. Sylvie Laroche Armee du Salut, ancienne directrice, décrit les actions de l’armee du Salut face au covid-19.

Une collecte nationale pour renforcer les ressources financières

La Fondation de l’Armée du Salut lance actuellement une grande collecte nationale afin de développer ses missions auprès des personnes qui ont été le plus impactées par le Covid-19. En effet, même si les besoins augmentent, les moyens matériels et humains pour répondre à cette crise commencent à manquer. Tout d’abord, il y a de nouveaux besoins d’équipement. Aussi, l’accueil des personnes qui sont particulièrement fragiles, comme celles dans les maisons de retraite, impose une hygiène absolue.

Sylvie Laroche Armee du Salut explique que tout cela nécessite en particulier l’achat de matériels de désinfection, ainsi que de protection sanitaire lorsqu’il est possible d’en trouver:

  • surblouses,
  • masques,
  • matériels de protection
  • gels hydroalcooliques.

En outre, il y a aussi les besoins accrus en matière d’aide alimentaire. En effet, certaines organisations ont arrêté leurs distributions alimentaires. Cela fait que de plus en plus de bénéficiaires se tournent vers les distributions alimentaires de l’Armée du Salut. De plus, bon nombre d’entre eux se présentent affamés pour ce qui sera, dans certains cas, leur seul repas de la journée. D’autre part, à cela s’ajoute également le fait que les nouveaux modes de distributions souhaités par les impératifs sanitaires coûtent généralement plus cher.

Les actions à renforcer et les actions à mettre en place

“Afin de faire face à cette crise sanitaire hors-norme, l’Armée du Salut a lancé de nouvelles actions à mettre en place” dit Sylvie Laroche. Elle a effectivement lancé de nouvelles actions sociales, notamment en ouvrant pour la mise en place de nouveaux points d’accueil au niveau de plusieurs lieux en France. Qui plus est, les besoins restent énormes et l’objectif principal est de réussir à développer de nouvelles actions par exemple auprès des individus sans domicile.

Par ailleurs, il existe aussi des actions déjà existantes qu’il faut renforcer. Les établissements médico-sociaux fonctionnent habituellement avec strictement des équipes et les budgets nécessaires, et cela, dans un contexte de restrictions budgétaires et successives. “La crise sanitaire multiplie malheureusement les besoins d’accompagnements” insiste Sylvie Laroche Armee du Salut. Par conséquent, ces équipes resserrées ont absolument besoin de renfort pour faire face aux problèmes rencontrés et pour poursuivre correctement leur accompagnement.

Le lancement des Free Plugs

Il s’agit d’une solution citoyenne afin que les sans-abri puissent recharger leur téléphone malgré le Covid-19. Si cette pandémie constitue une énorme crise sanitaire, elle a aussi de nombreux effets collatéraux. En effet, les individus sans abris, isolés par le confinement de manière inédite, sont davantage coupés du monde. Il devient entre autres impossible d’appeler les services d’aide d’urgence lorsqu’on est seul dans la rue. Il est aussi difficile de garder le contact avec le monde extérieur lorsqu’il devient impossible de recharger son téléphone portable.

Les actions en faveur des sans-abris présentées par Sylvie Laroche Armee du Salut

L’Armée du Salut a lancé l’initiative « Free Plugs », afin que chacun puisse laisser dépasser une rallonge électrique par-dessus sa fenêtre et que les personnes sans-abri puissent ainsi venir recharger leur téléphone.

Actuellement, plus de la moitié des sans-abri possèdent un téléphone portable contre 30 % en 2014. De nombreux outils et applications en ligne sont présents pour les aider. Cependant, ces applications ne sont d’aucune utilité si le téléphone est déchargé. Centres commerciaux, accueils de jour associatifs, bibliothèques, fast-foods sont des exemples de lieux qui sont maintenant fermés au grand public. C’était pourtant dans ces endroits que les personnes sans-abri étaient en mesure de recharger leur téléphone afin de garder contact avec leur entourage. “Cela permettait aussi d’appeler les services d’urgence en cas de besoin (le 15, le 18 ou encore le 115)” rappelle Sylvie Laroche. C’est justement à cause de ce problème que l’Armée du Salut a décidé de lancer le Free Plugs.



Comments are Closed